Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LA BEAUTE NATURELLE AFRICAINE

 

Pages

STARMANIA

Publié par Salif Di Spirito

Clash entre le camp Affi et les Gor au domicile de Sangaré : Atteby Williams explique tout

La présentation des condoléances de Pascal Affi N’Guessan, président légal du Front populaire ivoirien (Fpi) à la famille biologique et politique de son rival juré décédé, Sangaré Abou Drahamane, le mercredi 14 novembre 2018, a été marquée par un incident qui, selon des témoins directs, a failli tourner en affrontements.
Au point que Pascal Affi N’Guessan est sorti, dans une mêlée bruyante et désordonnée, sous bonne escorte de sa garde rapprochée. Cet évènement, pour le moins inattendu et qui aurait pu avoir des conséquences graves, est né de la présentation de Pascal Affi N’Guessan, par son porte-parole du jour, Dr Touré Amara, comme étant le « président du Front populaire ivoirien ». Cela a suffi pour soulever l’ire des « Gbagbo ou rien » (Gor) présents. Un titre que lui a disputé, farouchement, jusqu’à son dernier souffle, le samedi 3 novembre 2018, dans une clinique à Marcory, Abou Drahamane Sangaré «  le gardien du Temple ».


Joint par téléphone, le vendredi 16 novembre 2018, en milieu de journée, l’ex-député de Yopougon, Williams Atteby, a mis cet «incident » sous le compte « des enfantillages », n’écartant pas la thèse « d’un acte planifié ». « C’est un acte petit...On nous a demandé les nouvelles. On a été annoncés, et quand nous on vient quelque part, c’est le Fpi qui vient. On ne va pas dire autre chose », a précisé le juriste. Selon lui, il faut remonter à la première visite au domicile de Sangaré, d’une délégation du Fpi (Affi N’Guessan), pour appréhender, dans toute sa dimension, ce qui s’est passé le mercredi soir, en présence de Simone Gbagbo. « Le jour où Sangaré est décédé, Affi n’étant pas là, il a demandé à Mme Christine Adjobi de constituer une délégation pour aller chez Sangaré. J’étais le porte-parole de la délégation. On était une douzaine de personnes. On nous a demandé les nouvelles, et nous avons dit que le président du Fpi, Pascal Affi N’Guessan, suite à des rumeurs qui nous parviennent sur l’état de santé de Sangaré, nous a demandé de courir venir voir chez Sangaré de quoi il s’agit. Diomandé Mami, qui était présent, nous a dit qu’effectivement, les rumeurs sont fondées, et que le président Sangaré est décédé. Et nous avons, au nom du président Affi, présenté les condoléances. Et, nous avons dit qu’il viendra lui-même, lorsqu’il rentrera de son voyage. Affi souhaite qu’on prenne toute notre place dans ces obsèques, et qu’on se mette ensemble pour faire les obsèques de Gossio et de Sangaré, qu’en Afrique, c’est à l’occasion des funérailles qu’on règle des problèmes », a-t-il fait savoir.

La famille de Sangaré a trouvé, selon lui, « très sage » cette démarche d’Affi N’Guessan. Atteby Williams met en relief, ce qui lui apparaît comme « une aberration et l’inconséquence de certains Gor ». Il a estimé qu’à « supposé qu’ils ne le reconnaissent plus comme président du Fpi, mais, Affi a été président du parti longtemps sous Laurent Gbagbo. Il peut donc se prévaloir de cette qualité ». « Et, c’est en sa qualité de président du Fpi qu’il a donné 1 million qu’ils ont pris », a-t-il fait valoir.

« Des enfantillages ». Pour lui, «ce sont des enfantillages ». Atteby Williams a révèlé que l’attitude d’Ettien Amoikon a « choqué  plus d’un dans la salle». Il n’écarte pas l’idée, selon laquelle «  cet évènement a été planifié par Ettien Amoikon et une clique de personnes » dans le dos de la famille biologique du défunt. « Certains, dans la salle, étaient surpris de l’attitude d’Ettien Amoikon. Pendant qu’il parlait, une des sœurs de Sangaré a fait un malaise. On a dû la déplacer. Son attitude était incommodante, et ça a mis toute la famille très mal à l’aise… C’est vraiment des enfantillages… Sangaré, le frère du défunt, est venu parler à l’oreille du président Affi », a-t-il indiqué.

« Mme Simone Gbagbo a été très chaleureuse avec Affi. Elle a fait une accolade à Affi. Elle semblait surprise, mais qu’est-ce qu’elle pouvait faire ? Elle ne pouvait pas arrêter Ettien Amoikon. Comme elle est dans une logique de chercher à faire la paix, elle essaie de ménager tout le monde… les susceptibilités des uns et des autres», a encore fait remarquer Atteby. Qui est parvenu à la conclusion que ce qui s’est passé au domicile de Sangaré relève « de la petitesse ». «Je trouve que c’est petit. Nous n’allons pas rentrer dans ces enfantillages de bas étage. Affi est président du Fpi et mondialement reconnu comme tel », a-t-il martelé.

Affi, selon lui, sera bel et bien présent à toutes les étapes des obsèques de Sangaré Abou Drahamane, y compris à Ficgayo. «Il y a une vie après la mort, il y a une vie après la politique. Les Gor en font un peu trop. Nous avons été en désaccord avec Sangaré, mais cela est derrière nous aujourd’hui… Nous allons prendre toute notre part dans ses funérailles. Sangaré a été pour beaucoup pour le Fpi et pour la Côte d’Ivoire », a-t-il promis.

Pascal Affi N’Guessan, à la tête d’une forte délégation de son parti, s’est rendu au domicile de Sangaré Abou Drahamane dans le cadre de l’ouverture officielle de la présentation des condoléances à la famille. Il a été accueilli sur les lieux par Issiaka Sangaré, le frère cadet d’Abou Drahamane Sangaré, qui est Vice-président du Fpi que dirige Affi. Un tumulte consécutif à la qualité de président du parti d'Affi s’en est suivi. Présenté comme président du parti, Amoikon Ettien, un farouche partisan des Gor, a laissé éclater une colère intense. « C’est Laurent Gbagbo qui est le président du Front populaire ivoirien. On ne veut pas de provocation », a-t-il réagi, recadrant Touré Amara, porte-parole d’Affi N’Guessan. « La situation est particulière, nous sommes en deuil. Vous ne pouvez pas venir au domicile du président Sangaré pour nous insulter », s’est encore indigné Ettien Amoikon. « Ton attitude ici ressemble à de la provocation. Nous n'accepterons pas que tu viennes nous insulter ici dans ce moment fort douloureux », a dit-il, après avoir indiqué : « Laurent Gbagbo est le président du Fpi et Abou Drahamane Sangaré était son 1er Vice-président ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article